La salle de bains est une pièce qui nécessite une attention particulière pour sa conception dans un logement neuf ou lors d’un projet de rénovation. Au-delà des aspects pratiques et esthétiques, il est essentiel de respecter les normes électriques dans la salle de bains du fait de la présence d’eau. Nous vous proposons un rappel des normes applicables dans la salle de bains : volumes, indices de protection et disjoncteur différentiel sont au programme.

 

Quelles sont les normes électriques à respecter dans la salle de bains ?

 

La salle de bains est une pièce de la maison où de nombreux appareils électriques sont présents : sèche-cheveux, rasoirs électriques, sèche-serviettes, brosses à dents, etc. La machine à laver et le sèche-linge peuvent également être installés et branchés dans la salle de bains.

Or, la présence de tous ces appareils électriques peut être la cause d’un accident électrique, et notamment d’une électrocution. C’est pourquoi deux principales normales doivent être respectées dans la salle de bains.

D’une part, la norme NF C 15-100 délimite les différents volumes de sécurité dans la salle de bains. Pour chacun de ces volumes, des règles de distances sont précisées ainsi que les appareils électriques autorisés ou interdits.

D’autre part, l’indice de protection permet de déterminer la résistance des équipements électriques aux corps solides ou liquides.

 

norme-electrique-salle-de-bain-chauffe-eau

 

Les trois volumes de la salle de bains selon la norme NF C 15-100

 

La norme NF C 15-100 distingue trois volumes de sécurité dans la salle de bains qui sont les volumes 0,1 et 2.

Le volume 0 correspond à l’espace où l’eau est réceptionnée. Il s’agit donc de la douche et de la baignoire. Aucun appareil électrique ne doit être installé dans cette zone de sécurité. Il en est de même pour le volume caché qui correspond à l’espace qui se situe en dessous de la douche ou de la baignoire. En outre, il est nécessaire de faire preuve d’une attention particulière en présence d’une douche à l’italienne qui est davantage ouverte qu’une cabine de douche.

Le volume 1 est le volume de sécurité situé juste au-dessus de la douche et de la baignoire jusqu’à 2,25 mètres de hauteur. Du fait de la présence possible de projections d’eau, de nombreuses restrictions sont prévues pour les installations électriques.

Ainsi, dans le volume 1, seuls les luminaires et interrupteur TBST 12V sont autorisés. La présence d’un chauffe-eau instantané de classe I ou à accumulation de classe I est tolérée tout comme la présence d’une canalisation.

Au sein du volume 2 qui correspond à l’espace situé à plus de 60 cm de la douche et jusqu’à 3 mètres de hauteur, les possibilités sont plus nombreuses. Il est possible d’installer des appareils de chauffage de classe II, des luminaires de classe II ainsi qu’une prise électrique rasoir de 20 à 50 VA.

Au-delà du volume 2, la distance avec l’eau est jugée suffisante pour permettre l’installation d’équipements électriques sans restrictions de classe ou d’indice de protection.

Avant de procéder à l’installation d’un équipement électrique qu’il s’agisse d’une prise, d’une canalisation ou d’un boîtier électrique, il est donc impératif de mesurer au préalable la distance avec la douche et/ou la baignoire sur le côté, mais aussi en hauteur.

 

L’indice de protection IP des équipements électriques dans la salle de bains

 

L’indice de protection dit IP détermine l’étanchéité à l’eau d’un équipement électrique. Plus l’indice est élevé, plus l’équipement est résistant.

Trois indices de protection sont admis selon les normes électriques dans la salle de bains :

  • IPX4 supporte la projection d’eau de toutes directions ;
  • IPX5 tolère la projection contre les jets d’eau à la lance de toute direction ;
  • IPX7 résiste aux effets de l’immersion temporaire.

De plus, deux classes d’équipements sont à distinguer. La classe I correspond aux équipements qui doivent impérativement être reliés à la terre, tandis que cela est facultatif pour les équipements de classe II.

 

norme-electrique-salle-de-bain-installation

Norme électrique dans la salle de bains : un disjoncteur différentiel obligatoire

 

La norme électrique dans la salle de bains impose l’installation d’un disjoncteur différentiel de 30 mA. Pour que ce disjoncteur puisse protéger efficacement le ou les circuits électriques

de la salle de bains, l’ensemble de l’installation électrique doit être reliée à la terre. Cela inclut les canalisations, les masses électriques, mais aussi les éclairages de la salle de bains.

De plus, les prises de courant dans la salle de bains doivent présenter une puissance de 16 ampères. Par ailleurs, les prises doivent être alimentées par un transformateur de séparation dont la puissance est comprise entre 20 et 50 VA.

 

Les normes électriques dans la salle de bains ont pour but d’éviter tout risque d’électrocution ou de court-circuit. Qu’il s’agisse d’une construction neuve ou d’un projet de rénovation d’une salle de bains, il est impératif de respecter strictement l’ensemble des règles édictées par ces normes.

Share This